February 12, 2020

January 29, 2020

December 10, 2019

Please reload

Posts Récents

Enquête : "Réfugiés : ceux qui aident ont besoin d’aide"

March 25, 2016

1/5
Please reload

Posts à l'affiche

Enquête et témoignages : "Heureux, les polyamoureux ?"

June 7, 2011

 

Ni échangistes ni libertins, ils revendiquent la possibilité d’être épris de plusieurs personnes, ouvertement et honnêtement. Comment aiment-ils ? Le polyamour est-il l’avenir du couple ? Enquête et témoignages.

 

« Je viens d’avoir mon amoureuse Gabriela au téléphone. Quel plaisir !» confie Fredrik, 47 ans. À ses côtés, sa compagne, Isabelle, Bretonne de 38 ans, le gratifie d’un sourire radieux… avant d’évoquer à son tour ses deux autres amours. Ils sont une trentaine, entre 20 et 60 ans, à se presser autour du buffet de ce « café poly » parisien. Après avoir expérimenté la monogamie, les séparations et, parfois, l’infidélité, ils ont choisi d’aimer sans exclusivité. Certains sont en couple avec un partenaire « primaire » ; d’autres gravitent entre plusieurs relations. D’autres encore y voient une troisième voie, à l’exemple de Thibaut, 36 ans, trois enfants. « En grosse crise conjugale », il espère donner un nouvel élan à son couple, éviter la séparation…

 

S'affranchir de la culpabilité

Car ici, un amour ne chasse plus l’autre : il s’y ajoute. Rien de nouveau depuis l’idéal fouriériste du XIXe siècle ou l’union libre des années 1970 ? C’est toujours, en effet, « la même tentative de concilier l’amour qui s’adresse à un être unique, avec le désir, forcément changeant et fantasque, constate Pauline Prost, psychanalyste. Avec plusieurs partenaires, les polyamoureux tentent d’approcher cet idéal, inatteignable, du couple moderne ». Une petite différence avec les hippies (...)

 

Retrouvez l'article dans son intégralité sur psychologies.com, ici.

Ainsi que les témoignages de :

- Isabelle, 38 ans : « J’ai trois amours et je découvre une complétude »

- Guilain, 29 ans : « Nous avons deux chambres et d’autres histoires »

- Aurélien, 32 ans : « Nous sommes deux à prendre soin d’elle »

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retrouvez-nous