• Facebook Social Icon
  • LinkedIn Social Icône

Mise à jour en cours, pardon pour les bugs ;)

November 12, 2019

September 19, 2019

April 30, 2019

Please reload

Posts Récents

Enquête : "Réfugiés : ceux qui aident ont besoin d’aide"

March 25, 2016

1/5
Please reload

Posts à l'affiche

Débat : La gentillesse est-elle utile au travail ?

November 13, 2011

Le souci de l’autre est-il compatible avec les besoins d’efficacité de l’entreprise ? Nous avons réuni une directrice des ressources humaines d’une grande société, un psychiatre spécialiste du stress, un patron de PME et un syndicaliste pour en débattre.

 

Ils sont quatre pour ce débat :

=> Muriel Pénicaud est directrice générale des ressources humaines de Danone.

=> Éric Albert, psychiatre, coach et fondateur de l’Institut français d’action sur le stress (Ifas), est l’auteur, avec Laurence Saunder, de Stress.fr, comment l’entreprise peut-elle agir face au stress de ses collaborateurs ? (Éd. d’Organisation, 2010).

=> Sylvain Breuzard est P-DG de Norsys, une PME d’ingénierie informatique membre d’Entrepreneurs d’avenir, réseau prônant la prise en compte de normes éthiques, sociales et environnementales dans la compétitivité de l’entreprise.

=> Christian Larose, syndicaliste CGT, vice-président du Conseil économique, social et environnemental, est l’auteur, avec Muriel Pénicaud et Henri Lachmann, de Bien-être et efficacité au travail , rapport rédigé à la demande du Premier ministre.

 

Psychologies : Aujourd’hui, dans les esprits, le travail est plus associé à la souffrance qu’au bien-être. Pourquoi ?
Muriel Pénicaud : Depuis plusieurs années, le travail n’est vu que sous l’angle de la souffrance. Mais 70 % des salariés se disent satisfaits ! Le travail est le principal lieu d’identité, de valorisation, d’épanouissement et de lien social. Avec un tel investissement affectif et de telles attentes, la déception est parfois terrible. D’autant que les autres pourvoyeurs de sociabilité (famille, cité, Église) se sont effilochés…
Christian Larose : Les gens ont peur des restructurations, du chômage, du déclassement… Il y a de l’angoisse et de la souffrance au travail ! La croissance d’une entreprise dépend pourtant aussi de l’engagement des employés, donc de leur bien-être. Celles où il fait bon travailler sont plus performantes, plus innovantes et créent davantage d’emplois.
Sylvain Breuzard : Les jeunes, moins attachés à l’idée de carrière qu’à un environnement et à un projet qui les motivent, n’hésitent d’ailleurs pas à changer d’employeur si leur métier le leur permet.
Muriel Pénicaud : Malheureusement, après trente ans de management par les objectifs, on a confondu la saine concurrence à l’externe et la compétition entre salariés. On a trop individualisé le travail et cassé les collectifs.
(...)

 

Retrouvez l'intégralité du débat sur psychologies.com, ici.

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retrouvez-nous