• Facebook Social Icon
  • LinkedIn Social Icône

Mise à jour en cours, pardon pour les bugs ;)

November 12, 2019

September 19, 2019

April 30, 2019

Please reload

Posts Récents

Enquête : "Réfugiés : ceux qui aident ont besoin d’aide"

March 25, 2016

1/5
Please reload

Posts à l'affiche

Témoignage de Pierre, 46 ans, qui a accueilli une famille de réfugiés.

November 13, 2015

Pierre, 46 ans : "Je voulais qu'ils se sentent chez eux, en sécurité"

 

« En décembre, j’ai été contacté par l’Association d’entraide aux minorités d’Orient pour accueillir une famille chrétienne en attente depuis un an dans un camp du Kurdistan. Je me suis occupé des démarches administratives auprès de notre ambassade à Erbil, en Irak. Et, tout à coup, c’était bon : ils arrivaient dans cinq jours !

J’ai installé un lit dans mon bureau pour leur laisser ma chambre. Ils ont quatre enfants, de 10 à 22 ans. On partage la salle de bains, la cuisine, les repas. Au début, on leur a foutu une paix royale. Je voulais qu’ils se sentent chez eux, en sécurité. Ils ont dormi pendant quatre jours ! Peu à peu, ils ont fait le tour du village, un ami est venu dîner, puis deux, etc. J’ai demandé de l’aide à la paroisse pour les emmener visiter Paris, leur expliquer l’histoire de France. De mon côté, je leur apprenais le français. Ils savent désormais presque mille cinq cents mots et les conjugaisons des trois temps simples !

Bien sûr, il y a eu de petits accrocs. Chaque fois, j’en ai parlé au chef de famille, je voulais respecter son autorité. Une fois, ça a quand même chauffé, car les grands se levaient tard. J’ai écrit une lettre, assez raide, que j’ai traduite en arabe sur Internet : “Vous êtes mes hôtes, je suis à votre service. Mais vous avez le devoir de vous intégrer au plus vite dans notre société.” Après ça, ils ont mis le réveil ! Globalement, ça s’est très bien passé. Ils ont des défauts qui sont les nôtres, les mêmes bagarres sur l’éducation des enfants, par exemple. Et puis ils sont aussi débordants d’amour. Après quatre mois chez nous, ils partent la semaine prochaine s’installer dans un appartement. Ce sera un déchirement… Je vais continuer à m’occuper d’eux. Et j’accueillerai une autre famille. » 

 

Retrouvez l'enquête "L'altruisme, c'est pas si facile" ainsi que notre Guide pratique de l'engagement et le témoignage de Madeleine, 34 ans, qui aimerait accueillir des réfugiés chez elle.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retrouvez-nous