• Cécile Guéret

"Ghosting" : Quand l'autre disparaît...


Comment réagir quand l'autre disparait ? Qu'il ne donne tout à coup plus aucune nouvelle, ne répond plus à nos appels, nos messages et nous bloque sur les réseaux sociaux ?

J'ai eu le plaisir de répondre aux questions de Marion Dos Santos Clara pour cet article très complet sur le "ghosting" amoureux sur le site AuFeminin.

Ghosting amoureux, amical mais aussi professionnel

Au delà de la manière dont Internet a changé la rencontre amoureuse (voir dans l'article), le ghosting témoigne, plus largement, d'une culture utilitariste du rapport l'autre. C’est le fait de ne pas le considérer dans sa différence, son altérité, son humanité nécessairement singulière, mais comme un objet dont le seul but est notre contentement, notre satisfaction, quitte à lui mettre une pression inouïe pour qu’il réponde à nos attentes, qu'il ne nous déçoive pas. Et à couper tout contact, sans prévis ni explication, dès lors que nous nous sentons insatisfait.

Cette disparition radicale est d'une grande violence pour celui ou celle qui la subit. La rupture est brutale, l'explication impossible. Potentiellement dévastateur en amour, le "ghosting" sévit aussi dans les relations amicales, familiales et professionnelles. Dans le travail, c'est, par exemple, l'interlocuteur avec lequel nous travaillons sur un projet depuis des mois et dont nous n'avons, tout a coup, plus aucune nouvelle. Le patron qui déménage toutes les machines de l’usine la nuit et met les salariés face aux locaux vides. La lettre de licenciement qui arrive un matin ou le "badge" qui n'ouvre plus la porte du bureau, sans que personne n’a daigné tenir au courant le salarié viré. L'employé qui ne vient plus, sans jamais expliquer pourquoi à personne.

Logique amoureuse ou logique comptable ?

Dans la relation amoureuse, cette conception utilitariste consiste notamment à faire le compte méthodique des satisfactions et des mécontentements récoltés. C'est chercher à atteindre, a minima, l’opération « blanche » ou « gagnant-gagnant », dans une logique comptable bien éloignée des élans du cœur. Avec à la clé, le risque d'être terriblement déçu puisque l'autre n’est, par définition, jamais où on l’attend, toujours autre, toujours inattendu. Tant mieux ! C'est une bonne nouvelle ! C'est justement le fait qu'il soit "autre", différent de nous et surprenant qui constitue son mystère, sa richesse, son attrait. Aimer quelqu'un, c’est « reconnaître sa singularité, son irremplaçabilité et être séduit par sa liberté » soulignait la philosophe Cynthia Fleury dans une interview qu'elle m'avait donnée pour un article sur l'admiration dans le couple publié dans Psychologies. Et j'ai eu beaucoup de plaisir à enquêter sur cette notion de l'inattendu dans la rencontre amoureuse pour l'écriture de mon livre, publié chez Albin Michel.

La véritable rencontre

Cela me ramène, inévitablement, au magnifique ouvrage de Martin Buber publié en 1923, le « Je et le Tu ». Pour le philosophe , nous avons en effet le choix entre deux attitudes face au monde et aux autres. La première est celle du « Je » qui regarde autrui comme un « Cela », c’est-à-dire qui chosifie et objective le monde. Dans cette perspective, l’homme reste seul face au monde. « Le mot-principe Je-Cela ne peut jamais être prononcé par l’être entier », écrit-il car, en faisant ainsi, nous ne participons pas au monde. Nous y engageons pas. Nous le regardons de loin, du haut de notre tour d’ivoire, sans l’atteindre ni être atteints. Et, quand l’autre ne nous satisfait pas, nous coupons la relation sans préavis, par exemple en le ghostant. Je Tu ghostéA l’inverse, la seconde attitude est celle du « «.»» qui considère l'autre comme un» à part entière. C’est là la véritable rencontre. Elle nous confirme, nous grandit, nous révèle, nous rend vivant, dans une relation authentique à l’autre. Une relation pleinement vécue, ou le désaccord, l’insatisfaction, la déception même, sont possibles, sans risquer d'être

> « Pourquoi certains coupent les ponts ? » : J'avais participé à une émission de Flavie Flament sur RTL sur ce thème du ghosting, avec le psychologue, psychanalyste et spécialiste des usages numériques Michaël Stora. Vous pouvez réécouter ou revoir cette émission d'On est fait pour s'entendre sur ma page YouTube "La Psy Buissonnière, par Cécile Guéret".

> Pour en savoir plus sur mon livre "Aimer, c'est prendre le risque de la surprise. Éloge de l'inattendu dans la rencontre amoureuse" (Albin Michel, 2020), c'est ici. Vous trouverez aussi sur mon site une proposition de stage à venir sur ce thème de la rencontre authentique.


  • Facebook Social Icon
  • YouTube
  • LinkedIn Social Icône